Agroécologie_Osevie.jpg

L’agroécologie nous apporte de nombreux bénéfices, qui ont chacun une valeur économique, sociale et environnementale. Or, les coûts sous-jacents à cette création de valeur, sont principalement supportés par les agriculteurs. Il serait donc plus cohérent que les agriculteurs perçoivent davantage la valeur de ce qu’ils produisent.

Vient alors la question qui fâche : qui paie ?

C’est notamment à cela que répondent les paiements pour services écosystémiques (PSE) ou paiement pour services environnementaux.
Vous retrouvez aussi cela lorsque vous payez un peu plus cher un produit issu de l’agriculture biologique ou du commerce équitable.

Bien que nous n’ayons jamais accumulé autant de richesses financières, tout le monde manque curieusement de moyens. Afin d’éviter de tomber dans un débat sans fin, essayons de déterminer comment nous pourrions nous répartir les coûts. Après tout, nous jouissons fort volontiers des bienfaits !

Le schéma ci-dessus n’est pas exhaustif, il pose simplement quelques bases de travail. En voici la recette :

  • Répertorier les bénéfices produits par le système étudié (identifier l’ensemble des externalités positives et négatives pour être plus juste)
  • Lister les bénéficiaires
  • Faire correspondre au mieux bénéfices et bénéficiaires
  • Attribuer une valeur monétaire à chaque bénéfice (étape particulièrement délicate, il faut veiller à la méthodologie employée afin de décrire au mieux la réalité)
  • Répartir les coûts entre le prix payé par le consommateur, les aides ou PSE apportées par les collectivités, l’apport des riverains (levé par l’impôt ou par la création d’une association d’appui), une taxe ou une contribution volontaire payée par les touristes, etc.

(ici, le terme collectivités recouvre l’ensemble des institutions publiques : collectivités locales, régions, Etat, Union Européenne …)

Cette méthode peut paraître complexe, mais l’enjeu est primordial pour mettre en place un système alimentaire plus durable !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :